Quels frais professionnels déduire de son CA en portage salarial ?

portage salarial

Être un salarié indépendant, c’est incontestablement la promesse d’une liberté largement attendue. Mais parfois la question de la gestion de ses frais peut être un vrai casse-tête. Ils peuvent concerner le remboursement, le déductible, les frais forfaitaires et les frais réels. Pourtant la réalité du terrain s’avère plus pragmatique, vous devez vous coller aux chiffres comme comment ramener ses coûts au quotidien et combien se mettre en vente. Donc, il faut calculer le taux journalier moyen ou le tjm. Plus précisément, vous devez savoir votre salaire quotidien. Comment faire ?

Les différentes sortes de frais professionnels

Il existe 02 sortes de frais professionnels :

  • Le frais de fonctionnement : ce type de frais est lié au processus de votre service d’agent porté. Celui-ci n’est pas lié à votre métier. Il peut avoir une liaison avec votre abonnement (internet, téléphonique, à un domaine de coworking), votre achat d’approvisionnements, de petit outil, vos frais de déplacement pour une rencontre avec un prospect, vos dépenses pour multiplier la visibilité de vos travaux. Comme votre hébergement web, entre autres, votre nom de domaine. Il peut être aussi vos dépenses d’affranchissement et d’impression. À connaître que les tarifs de matériel, plus de 500 euros ne font pas partie des frais professionnels. Parfois, les entreprises proposent de faire inscrire ces matériels pour une simulation tjm portage. Pour savoir plus sur le portage salarial, suivez ce lien.
  • Le frais de mission : ce dernier est relié au mécanisme de votre mission. Cela peut être votre achat d’outils de première nécessité à la bonne exécution de votre mission. Il peut aussi être vos frais de repas, de déplacements, de séjour, votre documentation laissée au bénéficiaire, etc. Pourtant, ces frais sont réglementaires en condition que vous abordiez le sujet avant la réalisation de votre mission.

Les frais déduits de son chiffre d’affaires et les avantages

Pour dire simple, les frais professionnels se distinguent par ce que le client peut facturer et par ce qu’il ne peut pas facturer. Cependant, lorsque les frais sont prédisposés à être acquittés dans la prestation par un bénéficiaire, vous pouvez faire une négociation puisque c’est un règlement qui est toujours en vigueur. En effet, vous avez la possibilité de négocier avec votre client ce qu’il prend en charge du côté frais. La règle est de respecter ses modalités de remboursement et de les insérer systématiquement pendant la facturation auprès de votre acquéreur. En favorisant le portage salarial, il vous empêche d’avoir à tenir un comptable et vous rassure quant au risque de suivi. De plus, être indépendant est une bonne manière de gagner un temps précieux sur ces principes, pour vous focaliser au centre de votre activité comme l’exécution de vos missions, la prospection commerciale et la satisfaction des clients. Le portage salarial vous permet d’accéder au régime général du salariat et à ses profits. En tant que porté, vous êtes considéré comme salarié de l’entreprise portage qui assume toute la gestion administrative de votre activité professionnelle. En plus, un porté entretient son autonomie et à ce titre, vous vous occupez notamment de la réglementation de vos tarifs ainsi que votre tjm portage.

Calcul du TJM et les éléments pris en compte pendant le calcul

Un chiffre d’affaires mensuel divisé par le nombre de jours effectifs travaillés dans un mois est égal au TJM ou le taux journalier moyen. De ce fait, vous devez déterminer le nombre de jours exécutés effectifs afin de calculer votre tjm. Pour le calcul, n’hésitez pas à jouer la concurrence sur les différents simulateurs de salaire en portage salarial. Pour l’estimation, basez-vous sur le prix du marché en ce régime (il peut être plus élevé que celui du salariat classique), sur le nombre de jours travaillés effectifs sur l’année et sur le statut de salarié porté. À part, certains éléments doivent être pris en compte pour le calcul tjm portage :

  • Les frais de mission : ils correspondent aux frais de déplacement, de restauration ou d’hébergement. Si ces derniers sont négociés au début de votre mission, ils ne seront pas pris en compte dans le calcul de votre salaire. Ils vous seront remboursés sur justificatifs ;
  • Les frais de fonctionnement : ou les frais professionnels comme achat de fournitures ou matériels, frais d’hébergement et de déplacement. Ils seront insérés dans le calcul de votre salaire et seront remboursés sur justificatif ;
  • Les charges sociales comme la retraite, la sécurité sociale, la mutuelle, etc. Elles sont calculées sur la base du salaire brut global ou total.

Manière d’optimiser ses frais professionnels

Des pratiques vous aideront à optimiser vos frais professionnels. Vous pourrez ainsi consacrer davantage aux tâches à valeur ajoutée plus grande et du temps à votre cœur d’activité. La meilleure des manières est de gérer immédiatement les frais. Pratiquement, choisissez un outil qui vous permet de faire la création ainsi que la validation de saisie de frais voire en situation de mobilité. Choisissez aussi une solution qui vous offre des étapes automatisées : la saisie, la validation, la soumission, le traitement comptable, les prévisions budgétaires et l’audit. Toutes ces étapes du processus de la gestion des notes de frais peuvent être exécutées en quelques clics, vous gagnerez ainsi du temps pour améliorer l’efficacité et la rigueur dans la gestion des frais.

Comment choisir un programme de comptabilité qui améliore la productivité ?
11 compétences nécessaires pour gérer une entreprise avec succès